Retour sur les finales hommes & femmes
de cette Coupe du Monde de Vail

 

C’est cette nuit que la Coupe du Monde de Vail s’est achevé sur des finales de folie. Il fallait être insomniaque ou scotché à sa cafetière pour suivre le direct… C’est pour cela que nous vous écrivons cet article : vous faire revivre ces finales ! Let’s go !

Finale Hommes : Rei Sugimoto intouchable – Jernej Kruder au pied du podium

Bloc 1 

Ryuichi Murai et Tomoaki Takata s’avancent sur le premier bloc du circuit, on a mal aux doigts rien qu’en regardant les prises sur lesquelles les athlètes doivent réceptionner le premier mouvement dynamique – les deux représentants de l’équipe japonaise ont l’air affûtés mais ne parviennent pas à bout du difficile rétablissement sur un volume à double texture.
C’est au tour de Rei Sugimoto de débarquer sur les tapis – ultra déterminé – il avale sans difficulté chaque mouvement et fait à vue !

Même constat pour un Sean Bailey nourri par la ferveur du public américain.

Tomoa Narasaki flashe également ce premier bloc en démontrant à tout le monde qu’il est bien là et qu’il est là pour gagner !
La surprise vient cependant de Jernej Kruder qui ne parvient pas à s’exprimer sur ce premier passage – il semblait jusque là presque intouchable – une première fêlure dans l’armure du slovène ?
  

Bloc 2 

On est bien à Vail, plus de doute quand on regarde le second passage du circuit – c’est dynamique, puissant et ça casse les doigts ! Les grimpeurs doivent se forcer à croiser sur deux bi-doigts qui feraient pleurer notre bon vieux Chris Sharma. 

Murai Ryuichi ouvre la danse et ne parvient pas à passer le crux du bloc.
Tomoaki Takata n’a pas l’air d’apprécier non plus le style proposé.

Qu’à cela 
ne tienne, Rei Sugimoto revient pour mettre tout le monde d’accord, fait à vue, sans pitié et avec un sacré style de surcroît.
Au tour de l’américain Sean Bailey de s’engager dans la bataille : un autre flash !!!
 (ça y est, nous avons les doigts qui suintent)
On attend donc Tomoa Narasaki de pied ferme, le bloc à son nom écrit dessus, on s’attend à ce qu’il fasse à vue, mais – stupeur – il ne parvient pas à comprendre le dernier mouvement.
Au tour de Jernej Kruder qui nous dégote une méthode spectaculaire et nous montre l’étendu de la puissance du biceps slovène. Il ne parviendra cependant pas à bout de ce second passage…

Bloc 3

Plus de finesse sur ce troisième bloc. Des mouvements à sensations sur des prises à double texture en bois, les grimpeurs doivent évoluer dans un dièdre et montrer leur capacité à passer de la précaution à la force entre deux mouvements. 

Tomoaki et Ryuichi mettent du temps à comprendre la méthode et ne parviennent pas non plus à s’exprimer sur ce passage. La finale commence à être difficile pour ces deux athlètes !
Au tour de Rei Sugimoto que rien n’a l’air d’atteindre pour l’instant, il attaque serein, le sourire aux lèvres.
 Une petite erreur lui coûte le flash, il rectifie très vite le tir et top au second essai !
Sean Bailey
, quant à lui, n’a pas l’air dans son élément – le grand écart imposé ne l’inspire pas.

Au tour de Tomoa qui tope en deux essais sans trop de difficulté apparente ! Ce type de mouvements appelle souvent à plusieurs lectures, on n’est pas étonné de voir les athlètes légèrement tâtonner.

Jernej Kruder ne s’entend pas non plus avec ce bloc et n’en vient malheureusement pas à bout – on espère le voir se reprendre dans le quatrième passage !!

Bloc 4

De retour sur un bloc puissant. Les athlètes doivent se battre pour monter les pieds très haut sur deux réglettes pour s’élancer d’une position très inconfortable vers une prise infâme. 

Même constat que sur le reste de l’étape pour nos deux premiers japonais qui ne parviennent pas à bout du passage. Rei Sugimoto se démène mais ne parvient pas à se saisir de la dernière prise. Sean Bailey donne tout, mais bute aussi sur ce dernier mouvement, pareil pour Jernej Kruder et Tomoa Narasaki. 

Finalement, ce bloc numéro 4 restera invaincu et clôturera une finale palpitante encore une fois cette année à Vail !

Conclusion 

Des blocs puissants et exigeants qui ont révélé des signes de faiblesse chez Jernej Kuder, un Sean Bailey galvanisé par la foule, un Rei Sugimoto surpuissant. Petite mention spéciale au cameraman qui se baladait avec son chapeau de paille dans le dos et son assistant qui devait s’assurer de ne pas s’emmêler les pieds dans les fils, grâce à qui la vue du début des blocs était bloquée les trois-quarts du temps… 🙂

Podium hommes Coupe du Monde de Vail 2018 - 2. Sean Bailey 1. Rei Sugimoto 3. Tomoa NarasakiCoupe du Monde de Vail 2018 : Résultats des finales hommes

Finale Femmes : Alex Puccio détrône les reines japonaises – Fanny à la quatrième place

Bloc 1 

Une première dalle à friction, exigeante, qui demande aux grimpeuses de se relever sur des pieds précaires à l’aide de volumes difficiles à appréhender. 

Alma Bestvater et Kyra Condie ne comprennent pas la première section de mouvement et doivent s’incliner.
Ce n’est pas le même schéma pour Miho Nonaka qui flashe le bloc avec grâce ! On commence à avoir l’habitude de voir la japonaise au-dessus de la mêlée cette saison.

Au tour de Fanny Gibert qui ne parvient cependant pas à se fixer sur une méthode et se fatigue sur une relance trop aléatoire sur un volume – elle ne parvient pas à toper ce premier passage…

Akiyo Noguchi s’avance, elle ne flashe pas et met plusieurs run avant de devoir s’incliner.

Alex Puccio a l’air plus à l’aise, elle sécurise la zone au premier essai, mais ne tope qu’au troisième en montrant à tout le monde qu’elle contrôlera totalement sa finale !

Bloc 2

Ce second passage correspond plus au style du coin : un gros jeté et des plats !  

Alma donne tout ce qu’elle a sur le premier mouvement, mais n’a plus le temps de concrétiser et doit renoncer.
Kyra Condie
 parait plus à l’aise sur ce type d’exercice, elle réussit le jeté au second essai, mais ne trouve pas le top qui paraît être à des kilomètres.

Toujours aucune difficulté pour Miho Nonaka qui tope le bloc au deuxième essai après s’être un peu précipitée sur son premier run.

On attend Fanny maintenant et on chante la Marseillaise – elle se bat, ça, c’est sûr et nous montre sa souplesse légendaire… Elle concrétise au cinquième essai !!!

Au tour d’Akiyo Noguchi, très à l’aise sur le début du bloc mais qui ne réussit cependant pas à saisir la dernière prise.

Enfin, Alex Puccio sort des tapis, magistrale, en topant elle aussi au second essai – la bataille avec Miho s’annonce rude !!!

Bloc 3 

Un passage sur d’énormes prises rouges et volumes qui demande aux athlètes un gainage surhumain. 

Alma ne trouve pas de méthode satisfaisante pour le début du bloc et ne comprend pas comment se placer pour utiliser les volumes.
Kyra 
s’élance et à l’air perplexe devant les premiers mouvements exigés – la frustration se fait sentir, malgré le traditionnel sourire américain – elle ne parvient pas au bout du bloc.

Miho s’avance sur les tapis et à l’air de mieux appréhender les différents pas requis, elle glisse malheureusement après avoir posé un grand écart hallucinant contre le dièdre – elle n’en vient pas à bout faute de temps.

Fanny débarque – on est à fond – elle ne comprendra pas comment utiliser les énormes volumes gris et doit s’incliner…

Au tour dAkiyo, qui se bat de toutes ses forces et parvient, en utilisant une méthode alternative, à se hisser en haut du bloc – ce qui la place provisoirement devant Miho et Alex Puccio !!

C’est justement à ces dernières de se mesurer à ce troisième bloc – de la même manière que Kyra Condie, elles ne comprennent pas le début du bloc et les placements qui sont exigés.
 Elles n’atteindront malheureusement pas la zone.
Tout est donc encore possible pour ce podium !
 

Bloc 4

Un bloc visuellement magnifique, des prises à double textures, noires et blanches qui imposent aux grimpeuses d’évoluer écartelées entre des plats et des contre-pointes brutales. 

Alma s’élance, elle ne parvient pas à s’exprimer totalement sur ce dernier bloc et n’atteint pas la zone.
Au tour de Kyra qui se saisi de la zone au second essai, mais ne réussit pas à la valoriser !!
 Elle doit renoncer à concrétiser, faute de temps.
Miho s’avance sur les tapis, valide la zone au second essai.
 Les mouvements qui suivent ont l’air lunaires, peu d’adhérence et une ouverture de bassin inhumaine.
Miho échoue sur ce dernier bloc, laissant la porte grande ouverte à sa rivale japonaise et Alex Puccio.

Fanny Gibert ne trouve pas de méthode satisfaisante et ne vient pas à bout du passage.

Akiyo Noguchi, que rien n’avait l’air d’atteindre en Asie, souffre un peu plus sur ce style. Elle ne topera pas le bloc malgré une bataille acharnée…

Vient Alex Puccio qui mange littéralement le bloc du début jusqu’à la fin ! Elle montre à tout le monde qu’elle ne laissera personne lui voler sa couronne en son royaume. Elle prend son temps et avec un self-control hallucinant, elle s’élance sur la dernière prise pour s’emparer de la médaille d’or et marque cette étape américaine d’un flash surhumain !!

Conclusion : 

Déception pour Fanny qui n’a malheureusement pas montré le meilleur de sa grimpe sur cette étape exigeante… Une performance hallucinante de la part d’Alex Puccio qui oblige les deux championnes japonaises à être reléguées à la deuxième place et troisième place !

Podium femmes Coupe du Monde de Vail 2018 - 2. Miho Nonaka 1. Alex Puccio 3. Akiyo NoguchiCoupe du Monde de Vail 2018 : Résultats des finales femmes

Pour les plus passionnés, vous pouvez visionner le replay de ces finales de Vail 2018 :

0 Comments

Leave a Comment

Veuillez patienter...

Inscription à la newsletter GRIMPO

Abonne-toi à notre newsletter 100% grimpe et ne loupe aucune info sur l actualité grimpante mondiale ! Tu feras ainsi partie de notre communauté de grimpos qui s agrandit de jour en jour :)